Nos actualités 2017-2016


  • Le sommaire du numéro 2017 en préparation

    Mis en ligne le 26 mai 2017

    L’assemblée générale de l’association des Cahiers de la Haute-Loire qui s’est réunie le 24 mai 2017 à Fay (Bains) a arrêté le sommaire de la livraison 2017 de la revue qui sera disponible dans le courant de l’été. Par manque de place deux articles ont dû être reportés pour 2018. Ce numéro n’est pas encore en souscription.

    Ce numéro varié est richement illustré en couleur, son sommaire est le suivant :

    Christian de Seauve, Pierre Gérentes, André Crémilleux, « Auguste Rivet (1921-2017) »

    Adrien Quéret-Podesta, « Les saints vénérés en Bohême dans le sacramentaire du Puy-en-Velay et leur signification pour l’histoire du manuscrit »

    L’auteur revient sur la découverte du sacramentaire du Puy-en-Velay en 2015 (voir Cahiers de la Haute-Loire 2014-2015) et analyse les mentions ultérieures du bas Moyen Âge que porte ce manuscrit du XIe siècle. Il éclaircit la signification de la mention ecclesia Boleslavensis. Cette étude ne permet malheureusement pas d’élucider le parcours du sacramentaire depuis le Velay vers la Bohême.

    Jean Mourier, « La maison Imbert à Chacornac au XVIIe siècle »

    Des documents d’origine familiale du XVIIe siècle nous donnent la filiation de l’exploitation agricole de la famille Imbert. Un inventaire complet et précis, réalisé fin 1648, des bâtiments et de leur contenu : meubles, matériels, animaux, donne une image de ce que pouvait être à cette époque le patrimoine d’une ferme aisée. Un glossaire des termes d’origine occitane complète cette étude.

    René Bore, « En marge des campagnes militaires de Louis XIV, les muletiers du Velay dans la guerre du Piémont (1693) »

    Pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg, Pignerol, possession française en Italie, est assiégée par le duc de Savoie. Le Velay est tenu de fournir de l’avoine au Piémont pour ravitailler les troupes françaises. Une centaine de mulets est réquisitionnée pour convoyer près de 400 quintaux d’avoine. L’étude de la procédure et des comptes de cet approvisionnement permet d’identifier les muletiers et leurs équipages.

    Jacques Bellut, « Les bâtiments de l’abbaye de La Chaise-Dieu depuis la Révolution »

    À partir du manuscrit du chanoine Girard (1860-1946), l’auteur décrit le devenir du patrimoine immobilier de l’abbaye de La Chaise-Dieu au lendemain de la vente des biens nationaux. Le cadastre de l’époque les situe dans le bourg. Les usages de ces immeubles varient au fil du temps jusqu’à leur rachat, leur restauration et leur réinsertion dans le prestigieux ensemble abbatial.

    Virginie Inguenaud, « Les tableaux déposés par l’État dans les églises et chapelles de la Haute-Loire »

    Entre 1828 et 1851, cinquante-et-un tableaux ont été déposés par l’État dans les lieux de cultes de Haute-Loire : copies de peintres célèbres ou originaux. Les parlementaires se font souvent le relais des paroissiens pour obtenir l’attribution d’œuvres d’art. L’inventaire de ces œuvres est dressé par commune, certaines ont depuis disparu. La plupart des tableaux encore présents aujourd’hui sont reproduits en photos signées Bernard Galland.

    Didier Perre, « Les joueurs de vielle à roue en Haute-Loire (1860-1950) à la lumière des registres des luthiers de Jenzat (Allier) »

    L’auteur confronte ses propres recherches de terrain aux registres des luthiers de Jenzat (Allier), premier centre de lutherie pour la vielle à roue en France. Plus de cinquante musiciens populaires sont évoqués sur la période considérée. Les conditions de vente et d’expédition des instruments, les professions des musiciens, leur âge, sont analysés. Des photographies et des notations musicales éclairent ce corpus.

    Claude Débats, « L’éphémère temple protestant du Monteil à Mazeyrat-d’Allier »

    Barthélémy Débats, grand-père de l’auteur, fougueux évangélisateur protestant, réussit à implanter le protestantisme à Mazeyrat-d’Allier. Il bâtit un temple au hameau du Monteil. L’article, à partir des archives familiales de l’auteur, dévoile les difficultés de cette entreprise et livre des documents de première main sur ce temple inauguré en 1899 et qui servit au culte moins d’un demi-siècle.

    Jean Roux, « Morphologie verbale dans le parler occitan de Saugues »

    Le parler occitan de Saugues a été étudié en détail par le linguiste Pierre Nauton (1912-1970). Pourtant, la morphologie du verbe mérite d’être précisée. L’auteur montre sa variabilité en fonction des différentes localités du secteur et met en évidence la limite linguistique que représente la Margeride. En particulier, des phénomènes de régularisation et de simplification des verbes sont analysés.

    Bernard Lonjon, « Louis Amargier et Robert Sabatier, une amitié saugaine »

    Autour de la forte personnalité de Robert Sabatier, de l’Académie Goncourt, le bouillonnement littéraire et poétique du Paris d’après-guerre se révèle dans cette correspondance familière entre ces poètes, tous deux originaires de Saugues mais « émigrés » à Paris, dans un monde foisonnant d’auteurs nationaux et régionalistes, de critiques ou d’artistes liés à l’édition comme à la radio.

     


  • Toponymie du Velay de Jean Arsac à nouveau disponible

    Mis en ligne le 22 janvier 2017

    Cahiers de la Haute-Loire. Année 1994. Jean Arsac Grâce à l’obligeance et l’amitié des enfants de Jean Arsac (1922-1994), l’association des Cahiers de la Haute-Loire a pu obtenir quelques exemplaires neufs (non coupés) de son ouvrage de référence Toponymie du Velay, que nous avions édité en 1991.

    Jamais égalé, cet ouvrage est la base de toute étude toponymique, non seulement en Haute-Loire mais aussi pour tout le sud de la France.

    Préfacé par Jacques Chaurand, président de la Société d’onomastique française, il étudie les toponymes, classés en fonction de leur période d’origine : formations pré-celtiques, gauloises, gallo-romaines, latines ou romanes, germaniques, féodales, dialectales, etc. Un chapitre aborde l’origine des patronymes. Une somme indispensable.

    Un ouvrage de 462 pages avec 16 cartes hors-texte, format 24,0 cm x 16,5 cm.

    Pour commander ce livre…


  • Auguste Rivet, membre fondateur des Cahiers de la Haute-Loire (1921-2017)

    Mis en ligne le 9 février 2017

    Cl. L’Eveil de la Haute-Loire

    Auguste Rivet s’en est allé en cette fin du mois de janvier 2017, à l’âge de 96 ans. Né en 1921, après des études au petit séminaire de La Chartreuse puis à la faculté des lettres de Lyon, il était revenu dans sa ville natale enseigner l’histoire au lycée Charles et Adrien Dupuy. À l’âge de 41 ans, il participait en décembre 1964 à la fondation des Cahiers de la Haute-Loire lors de la rencontre de personnalités, comme Hubert Collin, archiviste du département, André Alalain, président du conseil d’administration de L’Éveil, avec entre autres les chanoines Auguste Fayard et Joseph Ploton ainsi que deux professeurs du lycée : Roger Gounot, conservateur du musée Crozatier et Jean Merley. Auguste Rivet en fut, pour partie, la cheville ouvrière avec l’art de regrouper des tempéraments contraires et complémentaires dans la recherche d’un but commun 1.

    Au moins trois facteurs sont à l’origine de la création des Cahiers de la Haute-Loire, qui ne sont pas une société savante mais une société d’édition (loi de 1901) : l’engorgement de bonnes études historiques qui ne trouvaient pas d’éditeur, la médiocrité de publications répétitives et le fait que les universités régionales découvraient, avec l’histoire locale, la richesse des sources inexploitées. D’abord, Pierre Roger Gaussin a donné le ton avec une thèse sur l’abbaye de La Chaise-Dieu puis Jean Merley sur l’histoire économique de la Haute-Loire au lendemain de la Révolution (publiée par les éditions des Cahiers de la Haute-Loire) et Auguste Rivet sur l’étude la vie politique de notre département depuis 1815 (aussi publiée par les éditions des Cahiers de la Haute-Loire). Pierre Roger Gaussin fut le créateur et premier président de l’université de Saint-Étienne, il y a attiré Jean Merley et Auguste Rivet qui y termina sa carrière Maître de conférences. Son fils Bernard, trop tôt disparu, nous confia lui aussi en 1988 la publication de sa thèse consacrée au Puy-en-Velay au XVIe siècle, toujours disponible.

    Ses articles sur l’histoire politique, littéraire et religieuse agrémentent chaque numéro des Cahiers de la Haute-Loire, mais aussi d’autres revues comme l’Almanach de Brioude, La lettre de la Société d’histoire de la Montagne, le Bulletin de la Société académique, les Cahiers de Craponne, Erount de Saougues, la Revue d’Auvergne, les Cahiers d’histoire, la Revue des Sciences politiques, la revue de Toulouse, les Études maurassiennes, la Revue d’histoire de la seconde guerre mondiale, la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, etc. ; sans oublier sa participation à différents colloques et publications des universités, Sorbonne, Montpellier, Lyon et Saint-Étienne. Ses chroniques régulières ont animé L’Éveil de la Haute-Loire dès 1957 et furent suivies à partir de 1961.

    La liste de toutes les publications d’Auguste Rivet est donnée dans Politique nationale et politique locale en Haute-Loire XIXe – XXe siècle, éditions des Cahiers de la Haute-Loire, 2005.

    L’engagement politique d’Auguste Rivet a-t-il nuit à l’impartialité de l’historien ? Nous ne le pensons pas, comme en témoigne cette lettre manuscrite de deux pages de Laurent Eynac du 15 février 1968 à Auguste Rivet : « Je veux vous dire combien j’ai pris intérêt à la lecture de votre étude si fidèlement complète et par ailleurs fort objective sur la vie politique en Haute-Loire de 1920 à 1930 et la bienveillance de votre jugement m’est sensible infiniment. J’ai retrouvé là avec le plus vif plaisir les souvenirs lointains et chers que vous avez fait revivre avec exactitude… 1»

    L’équipe de l’association des Cahiers de la Haute-Loire présente ses sincères condoléances à ses enfants, ses petits-enfants et ses proches.

    1 Repris dans l’éloge funèbre prononcé par Serge Monnier ancien député-maire du Puy aux obsèques d’Auguste Rivet le mercredi 1er février 2017.


  • Les Tablettes historiques du Velay sont en ligne

    Mis en ligne le 5 janvier 2017.
    Fruit de notre partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, la collection complète des Tablettes historiques du Velay est désormais consultable, article par article sur notre site à la rubrique « Nos archives / Tablettes historiques ». Ces numéros, peu disponibles en bibliothèque et dans les librairies spécialisées en livres anciens, sont une source fondamentale pour l’histoire de la Haute-Loire. Les contributions qui y parurent de 1870 à 1877 sont signées des meilleurs spécialistes de l’époque.

    Désormais, ce sont les numéros épuisés des Cahiers de la Haute-Loire (de 1965 à 1979) qui sont en cours de numérisation et seront mis en ligne dans le courant de 2017. Ultérieurement, les numéros péciaux épuisés seront aussi numérisés.


  • Le numéro 2016 des Cahiers de la Haute-Loire est sorti

    Mise en ligne le 14 septembre 2016.
    Bulletin de commande (490 ko) à remplir et à nous retourner…
    Ci-dessous le sommaire de ce numéro à (292 pages, illustré en couleurs, prix public 30 € + port 5 €) :

    Laurent Cizeron, « Un acte de l’inquisition de Toulouse concernant un Vellave (1283) », 29 p.

    Guillaume deIll.1_saint_pierre_de_verone [320x200] Monnac, du diocèse du Puy, appartient aux réseaux hérétiques languedociens. L’auteur s’interroge sur la participation du Velay à l’hérésie cathare. Le pape Honorius III qualifie d’Albigeois les Ponots qui ont assassiné leur évêque Robert de Mehun, une lutte plus politique ou sociale que religieuse. Y aurait-il eu un foyer de dissidence à Saint-Julien-Chapteuil et le réseau casadéen est-il intervenu dans la répression de l’hérésie ?

    Pascal Bois et Martin de Framond, « Les premières générations des Lévis, seigneurs de Roche-en-Régnier (XIVe-XVe siècles) », 53 p.

    armoiriesPhilippe de Lévis, vicomte de Lautrec, en épousant, en 1336, Jaujage de Roche, introduit sa famille en Velay. Au XIVe siècle, peu de générations atteignent la vieillesse. De constants héritages, y compris hors du royaume, conduisent cette maison française loyaliste aux limites de l’affrontement avec la royauté. La cartographie illustre une vitalité domaniale très éparpillée et la recherche héraldique permet de retrouver les armoiries primitives des Roche (en dernière de couverture).

    Cécile Glaise, « 1487, et Comps devint Lavaudieu », 13 p.

    cloitre [320x200]
    L’auteur analyse la genèse et le contexte du changement d’appellation du prieuré de Comps, nom « vil et deshonneste » en Lavaudieu, à l’initiative de l’abbé de La Chaise-Dieu, Guy de Chauvigny de Blot. Ensuite, elle évoque comment cette autorisation royale, presque comme une rumeur, a été diffusée dans le pays.

    Bernard Galland, « Album des restaurations du cloître de Lavaudieu », 20 p.

    Mieux qu’un texte, les documents et photos du cloître en ruine témoignent des efforts conjugués de la commune, des collectivités locales et autres, de l’administration des Monuments Historiques sur plus d’un siècle.

    Hervé Quesnel, « Monsieur Lambert, une comédie bilingue occitan-français au XVIIIe siècle, d’Antoine Clet », 79 p.

    Clet enfantLa pièce est publiée en occitan et en français, dans une graphie rectifiée. L’auteur fait l’histoire du consulat du Puy depuis l’origine jusqu’à la fin du XVIIIe où se situe la saynète, et celle des Clet, trois générations d’imprimeurs d’origine protestante. Les tribulations d’Antoine Lambert, chirurgien et consul, permettent à Antoine Clet d’évoquer la société ponote. Les annotations identifient personnages et nuances linguistiques.

    Pierre Clavel, « La bête du Gévaudan dans l’est de la Margeride durant l’automne 1764 », 11 p.

    Bête [320x200]
    L’auteur a découvert dans le fonds d’archives de Jean Bruno de Frévol de Lacoste, gouverneur de Pradelles, des mentions inconnues du passage de la bête dans des lieux autour de Langogne. La correspondance de responsables, ecclésiastiques ou autres, éclaire ce dossier.

    Christian Maillebouis, « Le plateau du nord Mézenc, terre d’élection du darbysme français », 53 p.

    John Nelson Darby, prédicateur anglais, a donné son nom à un ensemble d’assemblées évangéliques. Le vocabulaire employé pour les différencier était confus. Leurs histoires ou pratiques cultuelles étaient incertaines, même pour la plupart des protestants. Cet article, à partir des archives, notamment des lettres du pasteur Dentan qui implante la mouvance au Mazet-Saint-Voy, rétablit l’historique de son développement. Son implantation actuelle dans le sud-est de la France est appuyée sur une cartographie.

    Jean-Louis Durand, « Souvenirs et dessins de Louis Vassel, médecin militaire au front (1914-1917) », 27 p.

    Illustration_11 [320x200]Le docteur Louis Vassel a écrit des bribes de mémoires de guerre publiées ici et dessiné pour ses filles et sa femme 170 cartes postales qui éclairent la vie quotidienne au front. Une partie de ces originaux illustrent cet article.


  • Avis aux auteurs de la revue ou à leurs ayants-droit

    Mise en ligne le 9 mai 2016.
    Cahiers de la Haute-Loire. BNF

    Numérisation des numéros épuisés des Cahiers de la Haute-Loire par la BNF

    La Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec l’association des Cahiers de la Haute-Loire, souhaite procéder à la numérisation des numéros épuisés de la revue. Il s’agit des numéros des années 1965 à 1979, 1981, 1996 et 1997.
    Les volumes numérisés en mode image et en mode texte par la Bibliothèque nationale de France (cf. à cette présentation) seront rendus accessibles sur Internet, de façon libre et gratuite, par le biais des sites dont la Bibliothèque nationale de France assure la responsabilité, notamment Gallica, ainsi que sur le site des Cahiers de la Haute-Loire : www.cahiersdelahauteloire.fr.
    Il est en conséquence demandé aux auteurs ayant collaboré à ces numéros ou à leurs ayants-droit, en cas d’opposition à ce projet concernant leurs contributions, de bien vouloir exprimer cette opposition par courrier adressé au siège de l’association, 31 avenue de Tonbridge, 43000 Le Puy-en-Velay.
    À l’issue d’un délai de 6 mois, prenant effet à compter de la date de publication du présent encart dans le numéro 2016 des Cahiers de la Haute-Loire, et sauf avis contraire des auteurs ou de leurs ayants-droit, la Bibliothèque nationale de France procèdera à la mise en ligne des volumes numérisés.
    Il est cependant précisé qu’après cette mise en ligne, la Bibliothèque nationale de France s’engage à retirer tout article ou illustration en cas de réclamation de son auteur ou des ayants-droit de ce dernier.

    Christian de Seauve, président de l’association des Cahiers de la Haute-Loire.


  • Christian Lauranson-Rosaz

    Mise en ligne le 2 avril 2016.
    CLRChristian Lauranson-Rosaz, vice-président des Cahiers de la Haute-Loire, nous a quittés dans la nuit de ce vendredi 1er avril 2016, victime d’un accident dans une voiture dont il était le passager. Les Cahiers s’enorgueillissaient de le compter parmi leur plus fidèle et meilleur auteur. Il était né en 1952. Philippe Moret lui avait fait connaître dès 1983 notre équipe.

    Il nous avait engagés à suivre sa carrière d’universitaire et notamment lors de la mise en chantier de sa thèse que nous devions publier. Ce monument, L’Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle, la fin du monde antique ? a été soutenu en 1984 à Paris X et publié en 1987. Christian Lauranson nous avait un peu reproché notre retard, mais enfin de compte ravi, car sa sortie a coïncidé avec les célébrations du millénaire capétien. Dans cette thèse, l’auteur s’appuyait pour partie sur ce que nous avions publié depuis 1965, notamment sur les recherches du chanoine Fayard. Par la suite, il a longuement rappelé aux habitants de la Haute-Loire que ce grand mouvement du Haut-Moyen Âge « La paix de Dieu » était né à Saint-Germain-Laprade.

    En 1994, Martin de Framond nous avait raconté le déroulement de l’agrégation d’histoire du Droit décrochée avec brio par Christian Lauranson car il avait fait partie de son équipe. Christian n’était pas avare de ses connaissances qu’il partageait volontiers dans de multiples articles, colloques, renseignements et corrections aux auteurs béotiens comme à ses élèves. Loin de l’image d’un savant austère, il débordait de joie de vivre, de multiples projets et d’enthousiasme. Nos compatriotes s’en sont aperçus lors du colloque Saint-Michel d’Aiguilhe en 2009.

    À son épouse, ses enfants, ses amis de Monistrol-sur-Loire nous présentons nos sincères condoléances.
    Christian de Seauve, président de l’association des Cahiers de la Haute-Loire.


  • 141e congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques

    Mise en ligne le 15 mars 2016.

    14Affiche_A4CTHSLe Comité des travaux historiques et scientifiques organise son 141e congrès annuel du 11 au 16 avril 2016 à l’université de Rouen sur le thème « L’animal et l’homme ».
    Plus de renseignements et appel à communication sur : http://cths.fr


  • La livraison 2014-2015 des Cahiers de la Haute-Loire

    La 50e livraison des Cahiers de la Haute-Loire porte exceptionnellement la date 2014-2015.

    11IllustrationlightD’importantes contributions concernant le sacramentaire du Puy-en-Velay (XIe siècle) récemment vendu aux enchères seront au centre de ce numéro dont le sommaire est le suivant :
    – Emmanuelle Dumas : Découverte d’une station de péjassier vellave à Monistrol-sur-Loire
    – Martin de Framond, Didier Perre : Le sacramentaire du Puy-en-Velay (XIe siècle)
    – Robert Klugseder : Découvertes d’importantes sources liturgiques et musicales de Salzbourg et du Puy-en-Velay
    – Martin Roland : Le sacramentaire du Puy-en-Velay, description préliminaire
    – Georges Servant : Pierre de La Rodde dit le cadet de Séneujols, commandant au château d’Esplantas (1589-1590)
    – René Bore : Les « bleds » achetés par le diocèse du Puy en 1694
    – Michel Engles: Antoine Engles, du 86e régiment d’infanterie à la Grande Guerre
    – Christian de Seauve : Une amitié Brivadoise, Julien Lespinasse et Jacques de Seauve
    – Gérard Bollon : Au Chambon-sur-Lignon, l’École nouvelle cévenole pendant la guerre 1939-1945
    – François Boulet : Henry Fleury, responsable de jeunes protestants, de Bolbec en Normandie jusqu’aux maquis de Haute-Loire (1943-1944)
    – Renaud Nury : Deux siècles de présence préfectorale à Yssingeaux


  • Les églises de Haute-Loire

    guide eglisesPour information : L’ouvrage événement dans le monde du patrimoine de Haute-Loire, sous la direction de Régis Thomas, est disponible depuis octobre 2015. Ce guide très attendu vient couronner une collection déjà riche de trois ouvrages : Châteaux de la Haute-Loire (1993), Croix de la Haute-Loire (2001) et Ponts de la Haute-Loire (2004). Exhaustif, il étudie 475 églises, chapelles et temples protestants sous forme de monographies par ordre alphabétique avec pour chacune une fiche récapitulative.
    Une abondante bibliographie, illustré de 130 plans originaux et chronologiques, de près de 2000 photos, des reproductions de lithographies et dessins d’archives, et une grande carte de localisation. Voilà qui devrait encore combler les nombreux amateurs de notre patrimoine.

    Format 14 x 23 cm
    Reliure cartonnée, 900 pages
    Prix de vente public : 45 euros

    Attention, cet ouvrage n’est ni édité, ni diffusé par les Cahiers de la Haute-Loire. Pour tout renseignement ou commande s’adresser à :
    Rémy PHILIPPE
    Imprimerie PHIL’PRINT
    ZA La Guide 1
    43200 YSSINGEAUX
    tel : 04 71 65 14 76