Publié le

Çà et là en Velay. Un écrivain vellave au Xe siècle [Etienne de Gévaudan]

Auteur : Charles ROCHER

Résumé de l’article :
Choisi par son oncle Guy d’Anjou pour lui succéder sur le siège épiscopal du Puy, et cela au mépris des droits du clergé et du peuple, Etienne de Gévaudan, fils d’Adélaïde [Azalaïs] d’Anjou, est déposé lors d’un concile tenu à Rome en 998. Il se soumet et se retire au monastère du Mont-Cassin. On lui attribue la traduction en latin des Actes de saint Placide (Gordien) et plus précisément la dédicace qui ouvre la passion de ce martyr. Cette page est considérée par les Bénédictins comme un très bel exemple de la littérature du Xe siècle. Le texte intégral, tiré des « Vies des saints de Sicile », d’Octave Cajetan, Palerme, 1652, en est donné. [dit aussi Etienne de Brioude : voir Christian Lauranson-Rosaz, « L’Auvergne et ses marges… »]