Publié le

Gazette et nouvelles à la main

Auteur : Charles ROCHER

Résumé de l’article :
La circulation de l’information depuis l’Antiquité. Historique de l’imprimerie, de la presse, et de la censure. Un exemplaire de la Gazette imprimée au Puy chez Gaspard-Chrétien Clet (26 janvier 1721). Extrait d’une « nouvelle à la main » ayant circulé au Puy en 1663.

Publié le

Origines et motifs du pouvoir temporel concédé aux évêques du Puy-en-Velay

Auteur : H. FRAISSE (abbé)

Résumé de l’article :
Les évêques seigneurs du Puy :
La donation, en 919, par Guillaume, comte d’Auvergne et de Velay, de tous ses droits sur le bourg d’Anis semble être la base du pouvoir seigneurial des évêques du Puy. Cette donation est confirmée en 955 par le roi Lothaire. Si le premier motif invoqué pour une donation est l’avantage spirituel des donateurs, le salut de leur âme ou de celles de leurs parents, l’avantage temporel n’est pas négligeable, en donnant une partie de ses biens à l’église du Puy, on place le reste sous sa protection. Autre motif : accroître la liberté et l’indépendance de l’église de Notre-Dame.
Les évêques comtes de Velay :
« La plupart des auteurs qui ont traité de notre histoire locale ne fixent pas d’une manière précise l’époque à laquelle nos prélats devinrent comtes de toute la province de Velay ». Si les comtes de Toulouse, d’Auvergne et de Poitiers ont porté le titre de comte de Velay, il devient peu à peu honorifique, le pouvoir passant progressivement entre les mains des évêques.
Sensible à un contexte où la souveraineté temporelle de l’Eglise est « critiquée », l’auteur, abbé, exprime son désaccord avec F. Mandet qui donne une explication politique aux donations des princes.

Publié le

La baronnie de Saint-Germain-Laprade (suite 3)

Auteur : Charles ROCHER

Résumé de l’article :
Le prieuré de Jonzac (ou de Genzac), près de Cussac, était fondé dès le début du XIIe siècle. C’est ce qu’il ressort d’une donation de cinquante sous melgoriens faite vers 1134 au monastère Saint-Pierre du Puy par Guillaume Grasequals. Transcription intégrale de cette charte du fonds Saint-Pierre-le Monastier.

Publié le

Gabrielle de Saint-Chamond, XVIIIe abbesse de Clavas

Auteur : Charles ROCHER

Résumé de l’article :
Fille de l’un des plus sanglants acteurs des guerres de religion en Vivarais, Christophe de Saint-Priest, Gabrielle de Saint-Chamond née vers 1547 est d’abord destinée au couvent. Abbesse de Saint-Just-en-Dauphiné en 1571, de Clavas en 1575, elle se voit relevée de ses vœux par le pape Grégoire XIII à la demande de son terrible père qui a vu périr ses autres héritiers. Elle est alors mariée, en 1577, à Jacques Mitte de Chevrières, lui aussi activement mêlé aux luttes religieuses en Forez et Velay. Elle lui donne sept enfants et se distingue par la bonne gestion de sa maison. Elle fonde, entre autres, la maison des Ursulines de Saint-Chamond. A son décès survenu en 1596 son époux lui fait élever un mausolée. Notes sur les familles de Saint-Priest et Mitte. Eléments historiques sur l’abbaye cistercienne de Clavas, dépendant de Mazan.

Publié le

Hommage rendu à Jean de Chandorat, évêque du Puy, par Pons de Goudet

Auteur : Charles ROCHER

Résumé de l’article :
Transcription latine, d’après une copie du XVIe s., de l’hommage rendu à Jean de Chandorat, évêque du Puy, par Pons de Goudet, fils de Gibert de Goudet, pour ses châteaux de Montusclat, de Montvert, du Villard et de Beaufort, le 26 octobre 1343.
Mots clés : charte

Publié le

Le pélerinage du Puy

Auteur : Charles ROCHER

Résumé de l’article :
Bien souvent acte volontaire, le pèlerinage pouvait être aussi ordonné par l’Eglise pour la rédemption de certains péchés. Les tribunaux ecclésiastiques en firent quelquefois la condition expresse de leurs sentences d’absolution. Convaincu d’hérésie et frappé d’une sentence d’excommunication, Jean de Corrozello, hôtelier de Narbonne, trouve l’indulgence des inquisiteurs en dénonçant trois hérétiques. Échappant ainsi à toute peine et pénitence infamante il devra néanmoins visiter les sanctuaires de Sainte-Marie du Puy, de Vauvert, de Notre-Dame-des-tables de Montpellier, de Sérignan, de Saint-Gilles en Provence, de Saint-Guilhem du Désert, de Saint-Maximin et de la « bienheureuse Marie-Madeleine de Labaume », et rapporter des attestations de chacune de ces visites. Traduction d’un texte latin du fonds Doat à la Bibliothèque Nationale (mars 1324). Un autre document du même fonds précise que certains de ces pèlerins particuliers devaient porter une croix de feutre jaune sur leurs habits. Liste des grands et petits pélerinages de la chrétienté au XIIIe siècle, tirée des registres de l’Inquisition à Carcassonne.

Publié le

Rémission d’Etienne de Besse

Auteur : Léo comte de SAINT-PONCY

Résumé de l’article :
Les chanoines de Brioude n’étaient pas toujours respectés. Bernard Granier, laboureur, après avoir rossé Foulques de Besse, chanoine, continuait de le menacer. Le frère de ce dernier, Etienne de Besse, écuyer en garnison à Bordeaux, charge son valet de corriger le laboureur, tout en lui défendant de le tuer. Au mois de juin 1454, le valet accomplit sa mission et met le laboureur hors d’état de travailler pour « quatre à cinq mois ». Guéri, Bernard Granier se blesse, tombe malade et meurt. L’écuyer supplie Charles VII de lui accorder rémission. Ce qui est fait au mois de septembre 1456. [Le comte François Jacques Léo de Molen de Saint-Poncy est l’auteur d’une importante « Histoire de Marguerite de Valois reine de France et de Navarre » publiée à Paris, chez Gaume & Cie, en 1887. Voir par ailleurs sa notice dans le Dictionnaire biographique de la Haute-Loire de Gaston Joubert (2004)]