Cahiers de la Haute-Loire Année 1977

Description

Approche palethnologique d’un site du IIIe millénaire, à Salettes (Haute-Loire) d’André CREMILLIEUX

Fouillé en 1966, l’ossuaire préhistorique de l’abri sous coulée de basalte du Rond du Lévrier, à Soubreyt, commune de Salettes, a vu paraître l’étude anthropologique des restes en 1976. Plusieurs niveaux d’occupation se succèdent pendant plus d’un millénaire depuis le Néolithique final, à affinités avec le Chasséen, jusqu’au Bronze final. Les 127 squelettes identifiés permettent d’approcher ces populations ainsi que leurs rites funéraires.

Trouvaille gallo-romaine aux Badioux, en mars 1914 de Louis SIMONNET

Réexamen du riche mobilier archéologique conservé au Musée Crozatier, daté des années 50 après J.-C. : dépôt votif ou tombe de très jeune enfant.

Le trésor de Sanssac-l’Église et la circulation monétaire en Gaule, au début du règne de Valérien et de Gallien de Michel CHRISTOL

41 monnaies déposées au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale en 1975, rapportées à 260 après J.-C. environ, en lien avec un incendie associé aux grandes invasions. L’abondance des antoniani, l’absence des deniers se comprend dans le contexte politique de l’effort de guerre sur le Rhin.

Trésor découvert dans le canton de Saugues (monnaies d’or du XVIe et du XVIIe siècles) de J. DUPLESSY

Neuf monnaies d’or françaises et espagnole, enfouies vers 1640.

Note sur l’architecture médiévale au Puy de Claude PERRON

Des maisons romanes de deux travées caractérisent les abords de la cathédrale. Ces constructions amples et hautes à plusieurs étages, au dessus de deux caves voûtées parallèles, comportant une structure de colonnes ou piliers de pierre complétés par des pans de bois. A la Renaissance les hauteurs sous plafond sont abaissées.

L’abbaye de Pébrac de Jean-Pierre REUILLARD et Jean-Paul GALLARD

Dossier architectural rédigé à l’occasion du classement au titre des Monuments Historiques. Plans et relevés des bâtiments conventuels et du logis abbatial (XVe-XVIIIe s.).

Une révolution populaire au Moyen-Âge : le mouvement des Capuchonnés du Puy (1182-1184) de Jean PERREL

Incroyable mouvement populaire qui a touché la moitié de la France actuelle. Ses causes sont à la fois religieuses et sociales. Après le succès initial, réprimé dans le Nord de la France et tourné en ridicule par les chroniqueurs, dans le Midi au contraire il s’inscrit dans la continuité de mouvements de paix soutenus pas l’Église et institutionnalisés, en même temps qu’il annonce d’autres expériences plus tardives.

Notes sur le monastère de Sainte-Claire du Puy-en-Velay. XVe-XVIIe siècles d’Yves SOULINGEAS

La vicomtesse de Polignac Clauda de Roussillon fonde en 1425 avec l’aide de sainte Colette de Corbie le plus ancien couvent féminin du Puy, perpétué dans ses murs jusqu’à nos jours. Grâce aux riches archives du couvent, histoire de son implantation, de son rôle dans la vie de la cité, de son architecture.

Présentation générale du Puy, d’après le compoix de 1544 de Bernard RIVET

Répartition géographique des fortunes, activité artisanale des faubourgs, professions. Index des noms de contribuables

1679 en Velay. Une visite pastorale d’Armand de Béthune, évêque du Puy de Jean-Claude GOUY

L’évêque visite son diocèse dans un contexte politique et religieux troublé, notamment par son antagonisme avec le vicomte de Polignac. Il se fait accompagner par Lantages, directeur du séminaire du Puy et propagateur des missions. Ce travail de fond révèle un Velay encore ancré dans des pesanteurs séculaires, mais où la spiritualité nouvelle est déjà installée.

Misère et fausse-monnaie en Velay à la fin du règne de Louis XIV de Jean MERLEY

La répression d’un groupe de faux-monnayeurs tourne au scandale pour les dirigeants de la ville du Puy largement impliqués dans l’affaire, y compris la dame de Poinsac, maîtresse du vicomte. En fait le manque de liquidités combiné avec la flambée des prix forçait presque à sortir de la légalité pour assurer la bonne marche de la vie locale.

Le mausolée de Du Guesclin au Puy de Jean CHERVALIER

Les entrailles de Bertrand Du Guesclin ont été placées au XIVe siècle dans un enfeu avec gisant dans le chœur de l’église Saint-Laurent. Vicissitudes extraordinaires d’un monument brisé par les Huguenots en 1562, reconstitué en 1831 dans la chapelle Sainte-Anne, l’emplacement initial étant masqué par des boiseries, oublié puis redécouvert et restauré en 1976. Les cendres y ont été replacées à cette occasion. Les traits du gisant paraissent restituer avec fidélité la physionomie du connétable.

Chronique des Archives Départementales de la Haute-Loire d’Yves SOULINGEAS et Simone TAULEMESSE

Entrées des années 1976 et 1977.

Les 4 derniers ouvrages des Cahiers de la Haute-Loire :

Information complémentaire

Dimensions 240 x 165 mm