Cahiers de la Haute-Loire Année 1985

30 

Description

Les noms de rivières et de ruisseaux (essai d’hydronymie vellave) de Jean ARSAC

Suite de l’article commencé en 1982.

Apports récents de la géologie, de l’archéologie et de la microtoponymie à la localisation d’activités « industrielles » anciennes sur le plateau de Craponne-sur-Arzon. Fonderies et exploitations minières  de François-Hubert FORESTIER

Les deux inscriptions gallo-romaines ferrarium désignent-elles des mines de fer ou des fonderies ? Pas de concentration de minerai de fer dans le département, alors que les fonderies sont déjà mentionnées dans les légendes sur le site d’Arzon. L’archéologie, l’étude des scories, la découverte d’une halde de 100 m de long confortent l’établissement gallo-romain de Sassa-Arsac et dans le ravin de La Gouise. L’étude microtoponymique révèle une zone industrielle avec carrières, fours, forges, poix, charbon et fabrique de chaudron. Le minerai était importé, travaillé avec le plomb argentifère, trouvé sur place. Les annexes détaillent le contexte microtoponymique le long des voies antiques, les autres centres miniers et la paléométallurgie du fer.

La seigneurerie et le château de Treslemont et le Sablon, histoire et documents  de Michel POMARAT

Le château défendait l’entrée sud de la ville d’Yssingeaux. Jacques de Ruel, propriétaire apparaît en 1344. Une fille le transmet par mariage en 1504 à Jacques Chapat, sgr de Verchières. Guillaume Chapat vend le château en 1542 à Antoine de La Gruterie. Adjugé en 1563 aux Truchet, à qui Mathieu Souverain l’achète en 1578. Le tout compliqué par des procédures. Par alliance il passe aux Tournon qui le vendent en 1769 aux Faure de Lavarenne. Les preuves : actes de vente, investiture sont publiées en annexe.

Autour de la révocation de l’Édit de Nantes (1685) «  la montagne des prétendus réformés » de Gérard BOLLON

Résistance et incidents parmi les ruraux des paroisses de Saint-Voy, Le Chambon, Beaujeu, Saint-Jeures, Les Vastres, Champclause, Mars, Devesset, longtemps avant et après l’édit de Fontainebleau : destruction des temples, assemblées au désert et culte en famille, émigration, dragonnades, prophétisme.

L’hôpital général du Puy de Jean CHERVALIER

Louis XIV est à l’origine de la création dans le but de combattre la mendicité. L’évêque Armand de Béthune et le vicomte de Polignac y engagent le bureau de l’Hôtel-Dieu : achat de terrains et constructions. Le XVIIIe s. édifie de grands bâtiments : prisons, loges des fous et l’église en 1753. L’auteur étudie les effectifs, l’encadrement. Les pensionnaires se consacrent à la vie spirituelle et le travail en ateliers. Précisions sur l’alimentation, l’hygiène (les poux, fléau de la maison), les soins médicaux comme les finances. (Plan du quartier avant et après construction)

La tradition de cornemuse en Haute-Loire : quelques éléments sur les instruments (1870-1950) de Didier PERRE

La cornemuse accompagne les réjouissances populaires depuis au moins le XVIe s. L’auteur s’attache au différents types d’instruments, variation sur les anches, réserves d’air et bourdon. Il précise le vocabulaire employé, qu’il accompagne d’un schéma. Les photographies et les témoignages oraux, pour cette période, sont la source la plus sûre. Des relevés cotés complètent l’analyse des différents types. Il enquête ensuite sur les fabricants locaux, les matériaux employés. Les instruments de type cabrette sont l’œuvre de luthiers parisiens liés à L’Auvergnat de Paris et autres amicales et de quelques locaux.

Mots-clés : musique traditionnelle, lutherie


Les 4 derniers ouvrages des Cahiers de la Haute-Loire :

Information complémentaire

Dimensions 240 x 165 mm