Cahiers de la Haute-Loire Année 2007

30 

Description

Chartes scellées auvergnates du XIIIe siècle de Martin de FRAMOND et Lucien DROUOT

Publication d’un groupe de chartes, connues par des copies du XVIIIe siècle, concernant la région de Langeac. Notices sur les sceaux inédits dont les copistes nous ont transmis des dessins. Aperçus sur la féodalité dans le Val-d’Allier, autour des Mercœur et des Polignac.

Mots-clés : sigillographie, Pébrac, Tailhac, Cereix, Loudes, Vissac.

Gaspard Chabron, auteur de l’Histoire généalogique de la Maison de Polignac, et l’histoire de son manuscrit de François-Hubert FORESTIER

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2007. Gaspard Chabron
Cliché B. Galland.

L’Histoire Généalogique de la Maison de Polignac, par Gaspard Chabron (1570-après 1638) est le premier ouvrage historique consacré à une famille dans le territoire de la Haute-Loire, resté manuscrit et très difficilement accessible jusqu’à nos jours. Sa transcription vient d’être mise en ligne dans son intégralité sur le site des Cahiers de la Haute-Loire. F.-H. Forestier fait l’histoire des manuscrits subsistants, de l’auteur, magistrat au service des Polignac, de ses sources.

Château de Polignac : découverte d’un premier palais civil roman de Judicaël de LA SOUDIERE-NIAULT

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2007. Château de Polignac
Cliché B. Galland.

Les ruines de la forteresse de Polignac contiennent des vestiges romans, très altérés à l’époque gothique. L’auteur y reconnaît un programme monumental de salle en étage, d’une ampleur remarquable, dont il propose des restitutions et qu’il compare aux autres palais romans connus.

La chambre d’Apollon du château de Polignac et ses peintures murales d’Alexandre PAU

De nombreux auteurs anciens ont décrit les peintures murales, disparues depuis le début du XIXe siècle, qui ornaient un espace annexe du palais roman de Polignac, étudié à l’article précédent. En les datant de l’Antiquité, proposition peu vraisemblable et contestée ; l’auteur réétudie cette datation et la signification probable de ce programme peint. Une contribution critique à l’étude des légendes attachées au site de Polignac.

Le château de Domeyrat, exemple accompli de donjon-résidence de plan cantonné de Christian CORVISIER

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2007. Le château de Domeyrat
Reconstruit dans le courant du XVe siècle par la famille de Langeac, le château de Domeyrat a connu récemment des fouilles archéologiques et des restaurations, qui ont fait connaître son plan. Typique des forteresses issues du modèle de la Bastille de Paris, il comprenait une étroite cour intérieure qui le caractérise dans la série des « donjons-résidence » cantonnés de quatre tours rondes. Le Bulletin monumental tome 167-2 2009 de la Société Française d’archéologie, sous la signature de Jean Mesqui, consacre trois colonnes élogieuses à l’article de Christian Corvisier sur le château de Domeyrat. Il en tire la substantifique moelle mieux que notre résumé le fait. Comme il n’y a pas d’éloges sans critique, il reproche à notre auteur le terme de donjon appliqué à l’ensemble. 

L’Hôtel-Dieu d’Allègre des origines à la Révolution de René BORE

La première mention de l’Hôtel-Dieu d’Allègre, liée aux Guerres de religion, apparaît en 1599. Christophe II d’Allègre, en 1616, lui assure un revenu et décide de lui construire une chapelle. Les seigneurs d’Allègre (Tourzel, Desmarets et Douet), les ecclésiastiques et bourgeois, gèrent l’hôpital jusqu’en 1790. L’étude restitue la vie quotidienne de l’hôpital, les travaux de construction, les difficultés financières permanentes. Tableau des propriétés foncières.

Le château de Valivier à Saint-Hilaire, de 1265 à nos jours de Pierre BAYLE

Il ne reste pratiquement plus traces de ce château du Brivadois encore debout dans les années 1950. Histoire des propriétaires (Valivier, puis Bassignac vers 1450 à qui succèdent les Dentil de 1525 à 1781, Lespinasses, Gay de Planhol, Truchard du Molin), évolution du domaine.

La construction à Champagnac-le-Vieux et dans ses environs au temps des chaumières et des maçons de la Marche (1670-1802) de Christian de SEAUVE

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2007. La construction à Champagnac-le-Vieux
Cliché B. Galland.

L’analyse de plus de 170 prix-faits (devis de construction) permet de restituer le monde du bâtiment dans un pays de montagne entre 800 et 1100 m d’altitude : matériaux de construction et de couverture (plus de 80 % des maisons sont couvertes à paille), vocabulaire. Les maçons, très tôt et de manière massive, sont originaires de la province de la Marche, département actuel de la Creuse, traditionnellement spécialisé dans cette activité peu étudiée avant le XIXe siècle (liste de noms et de lieux d’origine).

Du mandement à la commune, ou comment se sont créées les communes de Haute-Loire au cours de la Révolution Française de Thierry ALLOIN

Contrairement à des départements voisins, en Haute-Loire le mandement seigneurial, centre de la vie administrative avant la Révolution, n’a pu servir de cadre aux communes créées à partir de 1791. L’auteur étudie comment l’administration a fini par choisir le cadre des paroisses, en le précisant et le faisant évoluer jusqu’aux découpages communaux actuels.

Le parcours politique d’Emmanuel de Chabron, général de division et sénateur inamovible (1806-1889)  de Philippe MORET

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2007.

L’auteur a déjà fait la biographie d’un frère Chabron (Hippolyte) dans les Cahiers 1995 et 1996. Quelque peu originale dans son parcours politique, la famille a évolué entre légitimisme, orléanisme, fouriérisme et phalanstérisme, tout en demeurant tendrement unie et assez bien insérée localement. Emmanuel, quant à lui, passe à Saint-Cyr, fait la guerre en Vendée, à Rome et en Algérie ; il est promu général après sa victoire de Palestro. Sous le second Empire, il est élu au Conseil général de la Haute-Loire puis en 1871, député du département, puis sénateur inamovible. Son vote de l’amendement Wallon a permis l’avènement de la IIIe république. De nombreux documents personnels et familiaux permettent une étude intimiste.

Les faux maquis en Haute-Loire 1943-1944 de François BOULET

Ce thème n’a été étudié que de façon fragmentaire, en dehors de l’affaire Montagne (un meurtre de collaborateur). Dans l’été 1943 plusieurs maquis se signalent par des destructions de récoltes qui troublent l’opinion rurale favorable aux réfractaires du STO. Des actions plus ou moins subversives relèvent du banditisme ; la gendarmerie intervient, la Résistance aussi et l’on voit même les deux agir de concert.

Souvenirs (1962-1966) d’un chef de cabinet d’un préfet de la Haute-Loire de Lucien MANDEVILLE

Le premier poste d’un jeune fonctionnaire d’autorité, qui découvre ville et département. Les collègues de la préfectorale et des autres administrations sont dominés par la forte personnalité du préfet Pénel. Un camarade de Sciences-Po introduit l’auteur en « Haute-Ville » tandis qu’un professeur l’engage dans la vie intellectuelle. Les hommes politiques, qui ne sont pas ceux de premier plan, sont plus attachants par leur humanité. Libre évocation du climat de l’époque, anecdotes, références historiques.

Les 4 derniers ouvrages des Cahiers de la Haute-Loire :

Informations complémentaires

Dimensions 240 x 165 mm