Publié le

Les Cahiers de la Haute-Loire 2018 en préparation

Les Cahiers de la Haute-Loire 2018 sont sous presse

Mis en ligne le 8 août 2018

Le numéro 2018 des Cahiers de la Haute-Loire est en souscription. Ici, le bulletin de commande 2018 à télécharger.

NOUVEAU ! Vous pouvez aussi souscrire, commander et payer en ligne. Paiement sécurisé par carte bancaire. Ici commande en ligne

Ce numéro de 308 pages est très varié et richement illustré. Son sommaire est le suivant :

Martin de Framond, « André Crémillieux, le vent du large »

Nécrologie  d’André Crémillieux (2 p.)

Christian de Seauve, «François-Hubert Forestier »

Nécrologie de François-Hubert Forestier (2 p.)

Christian de Seauve, «Hubert Collin »

Nécrologie d’Hubert Collin (2 p.)

Laurent Cizeron, « Les Dominicains du Puy-en-Velay, XIIIe-XVe siècles, nouvelles notes historiques»

L’auteur complète l’article de Jean-Donatien Lesvesque paru dans les Cahiers de la Haute-Loire de 1982. Sont approfondis la fondation du couvent du Puy-en-Velay au début de l’Ordre, ses constructions successives et son fonctionnement y compris son hôpital qui reçoit les pèlerins de Saint-Jacques. Les modalités de la prédication et de la direction spirituelle sont développées, notamment à travers la mission de saint Vincent Ferrier au Puy-en-Velay. (35 p.)

Sylvain Bruand, « Une introduction au Velay médiéval : la comptabilité des évêques du Puy (1343-1435) »

L’analyse des registres de comptabilité des évêques du Puy-en-Velay, puissance seigneuriale en tant que comte du Velay révèle une administration féodale scrupuleuse, attentive et parfaitement organisée. La personnalité et la typologie des receveurs montrent une évolution vers une cléricalisation de la fonction. Suit la chronologie des évêques de cette époque dont certains terminent à la cour des papes à Avignon. (39 p.)

Martin de Framond, « Pierre Champion et ses dessins, 1390, portraits au Puy au temps du Grand Schisme »

L’un des registres étudiés dans l’article précédent comporte des dessins ornant des lettres capitales. Simples ornements, dessins d’animaux, croquis anthropomorphes, mais aussi deux portraits de personnages identifiés, œuvres du rédacteur du registre. (17 p.)

Christian Maillebouis, « La conférence religieuse du Pont-de-Mars (Le Chambon-sur-Lignon) en août 1624 »

L’édit de Nantes ouvre une période de controverses religieuses pacifiques. L’auteur met à jour une conférence de controverse non répertoriée, tenue aux confins du Velay et du Vivarais. Les protagonistes sont présentés. Cet article permet de retrouver les deux comptes rendus de cette conférence, l’un catholique, l’autre protestant. Ils sont désormais accessibles en ligne. (51 p.)

Nicole Chambonnet, « Le tableau miraculeux de Notre-Dame d’Araules »

La piété populaire vénère à Araules, aux confins des Velay catholique et protestant, un « tableau miraculeux », considéré localement comme une représentation de la Vierge en costume d’abbesse avec à ses pieds Louis XIV enfant. Les recherches dévoilent qu’il s’agit en réalité d’un montage de deux gravures, l’une de la Vierge de Tolède, l’autre du roi Charles II d’Espagne. L’auteur envisage diverses hypothèses pour expliquer la présence de ces gravures à Araules. (27 p.)

René Bore, « Le Velay en lutte contre la propagation de la peste (1721-1722) »

L’arrivée de la peste à Marseille le 25 mai 1720 déclenche une mobilisation générale orchestrée par les États de Languedoc pour éviter la propagation de l’épidémie. Trois cordons sanitaires (ou lignes) successifs sont mis en place. Le détail de la mise en place de la ligne vellave est donné, emplacements, points de passage, modalités de surveillance. Tous les aspects logistiques et financiers sont précisés. Le Velay sera finalement préservé. (31 p.)

Jacques de Seauve, « Les incidents des reinages en 1784 à Champagnac-le-Vieux »

L’ivrognerie aidant, des énergumènes défient la mise aux enchères des reinages de Champagnac. Cet incident permet de revenir sur les modalités de cette coutume dont la bravade est un moment-clé. (9 p.)

Philippe Vacher, « Vacher-Frères, XVIIIe-XIXe siècle, âge d’or de la dentelle à la main »

La première partie de la saga industrielle et familiale de fabricants de dentelles, depuis le modeste départ à Saint-Maurice-de-Lignon sous l’Ancien Régime jusqu’au Puy-en-Velay à l’orée du XXe siècle, est consacrée à l’âge d’or de la dentelle à la main. Où l’on voit l’extension progressive de la zone de chalandise dans toute l’Europe, chaque membre de la famille étant employé au mieux de ses compétences. (27 p.)

Richard Crespy, « Les liens entre Châtillon-sur-Seine et Le Puy-en-Velay lors de la deuxième guerre mondiale, une histoire oubliée »

Souvenir oublié, Châtillon-sur-Seine, ville terriblement bombardée par les Allemands le 15 juin 1940 est « adoptée » par Le Puy qui accueille à l’été 1943 plus de 80 enfants de Châtillon pour un séjour vellave réconfortant. La reconnaissance de Châtillon-sur-Seine vis-à-vis de sa marraine est toujours vivace. (23 p.)

Gérard Bollon, « Paul Ricœur (1913-2005), un philosophe dans la Montagne vellave »

(fonds Paul Ricœur)

De retour de captivité, en 1945, Paul Ricœur s’installe au Chambon-sur-Lignon où il enseigna pendant trois années à l’École Nouvelle Cévenole. Son enseignement marqua durablement les mémoires du Plateau. Lui-même garda un vif souvenir de ses années d’expérimentation pédagogique dans un cadre préservé. (17 p.)