Cahiers de la Haute-Loire Année 1972

Description

Aspects de la puissance féodale de l’évêché du Puy aux XIIe et XIIIe siècles de Pierre PEYVEL

Progrès successifs des évêques du Puy : luttes contre les vicomtes de Polignac, mise au pas des féodaux, Chapteuil et Montlaur, obtention d’hommages, d’aveux et de dénombrements de la part des vassaux ; en 1305, l’évêque prend le titre de comte de Velay ; carte des châteaux à la fin de cette évolution.

Le château de Rochebaron de Lucien PARAT

A Bas-en-Basset, grand château-fort de la fin du Moyen Age, dans un assez bon état de conservation. Description du site, étude du système défensif, des étapes de la construction ; plan, dessins de détail, 5 clichés ; bibliographie et sources.

Deux actes du XIIIe siècle concernant le chapitre de Brioude d’Yves SOULINGEAS

Édition de deux textes latins provenant des archives Murard à Bizy (Nièvre) : vente de terrains par Béraud de Saint-Eble, chevalier, au chapitre Saint-Julien de Brioude (1248), vente de maisons sise à Brioude, au même chapitre, par Ebrard Sarraceni, chanoine. Transcriptions de chartes.

Le château de Besque et ses occupants, Le destin d’une famille de Noël DURSAPT

Histoire, souvent tragique, des Tailhac, d’Apchier (1599-1802), La Tour d’Auvergne (1712-1739), dans leur château aujourd’hui disparu de Besque (commune de Charraix). Conflits familiaux, Bête du Gévaudan. Plan du domaine, généalogies.

La reconstruction du château du Monastier-Saint-Chaffre par Charles de Saint-Nectaire (1525) de Françoise de LA CONTERIE

L’abbé de Saint-Chaffre (et d’Aurillac) confie à Marcelin Celeyron, maçon du Monastier, le chantier du château abbatial du XVIe siècle conservé dans ses dispositions principales. Publication du prix-fait original, retrouvé dans des archives privées.

La société Sauguaine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle de René PONOT

Le prieur bénédictin, titulaire de la première place du chapitre collégial de Saint-Médard, ne réside plus à Saugues. L’article nous donne le nom des chanoines, recrutés dans le pays, et leurs ressources. Les Ursulines ont des possessions supérieures à celles du chapitre. Elles enseignent les filles de la bourgeoisie locale. Le Tiers ordre du Carmel et le Tiers ordre de Saint-Dominique sont d’un recrutement plus populaire. L’origine des huit familles nobles est étudiée, ainsi que leur train. La baronnie d’Esplantas témoigne des survivances féodales. Monde riche, les robins forment la frange supérieure de la bourgeoisie et précèdent les marchands, gens de métiers. Si l’artisanat textile est misérable la tannerie est plus aisée. Ce contraste est identique dans la classe paysanne et la misère n’épargne pas les journaliers, domestiques ou soldats.

Aspects de la ville du Puy aux débuts de la Révolution de Jacqueline TOLLET

Les quartiers du Pouzarot, des Farges, Cadelade, Avignon, sont les plus déshérités. Aux Farges, cité jardin, une population de dentellières et de manouvriers vit parmi quelques nobles et les bouchers. Au Pouzarot, où les maisons sont plus petites, la misère et la violence dominent entre les auberges, « la Déchance ou la Muside ». La haute-ville représente un univers social à part habité par des ecclésiastiques, nobles et bourgeois aisés, qui s’appauvrissent. Le Breuil, Saint-Gilles concentre la majorité du capital, les marchands y forment une véritable classe. Les documents fiscaux, déclaration de succession, et la connaissance des lieux donnent une image vivante des hommes et de la cité.

Une importante adjudication de travaux publics au XVIIIe siècle d’Elie PANDRAUD

Le pont de Brives-Charensac a été ruiné par les inondations. L’ingénieur provincial Grangent, auteur des plans, évalue les travaux à 100 000 livres. Ils sont adjugés, en 1771 et à la bougie, par les commissaires représentant l’évêque du Puy, Mgr Le Franc de Pompignan, le vicomte de Polignac et le syndic des Etats, à 153 000 livres, au sieur Vagnat.

Les inscriptions des urnes des cœurs royaux au Musée du Puy de Roger GOUNOT

De 1662 à 1789, 45 cœurs de membres de la maison de France sont déposés dans des urnes dans la chapelle du Val de Grâce construite par la reine Anne d’Autriche. Ces tombeaux, ainsi que ceux de Saint-Denis, sont profanés à la Révolution. Le vicomte de Becdelièvre donne au Musée Crozatier neuf plaques de cuivres dont l’inscription identifiait ces cœurs de princes (dont celle du Régent). Roger Gounot restitue leur histoire ainsi que l’odyssée des cœurs de Louis XIII et de Louis XIV, dont les peintres auraient tenté de se servir pour leur couleur à base de bitume.

Une enfance en pays protestant à la fin du XIXe siècle d’Elisabeth DARCISSAC

« Lou Menissou », pupille de l’assistance publique, est adoptée par ses parents nourriciers, aux Chirobos du Chambon-sur-Lignon. Souvenirs ruraux, patois ; braconnage et peur des gendarmes. École et le temple protestant. Portrait de l’auteur (dessin) et illustrations photographiques.

L’Action française en Haute-Loire (1906-1945) d’Auguste RIVET

Le mouvement ne s’implante jamais solidement dans un département profondément modéré. Il s’exprime par la voix de deux journalistes, d’abord Joseph Malzieu, aussi avocat et président de « L’Avenir », ensuite Victor Baptiste Chardonnal. Le succès rencontré dans les milieux catholiques est aussi une limitation et une contrainte.

Les 4 derniers ouvrages des Cahiers de la Haute-Loire :

Informations complémentaires

Dimensions 240 x 165 mm