Cahiers de la Haute-Loire Année 2011

30 

Description

D’Anicium à Rome, l’étude d’un sarcophage paléochrétien d’Edith LAHELLEC

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Sarcophage du mariage de la Vierge. Le Puy, musée Crozatier.
Sarcophage du mariage de la Vierge. Le Puy, musée Crozatier. Cliché L. Olivier.

Ce sarcophage en marbre du Mariage de la Vierge conservé au musée Crozatier, autrefois dans un mur du baptistère Saint-Jean, est incomplet. Trois scènes sont distinctes : le songe de saint Joseph, Gabriel unit les deux époux, enfin l’archange conduit deux personnages vers les parties manquantes. Proche de celui de la cathédrale de Tarragone, il peut être daté des années 370-400. Cette riche commande à Rome était-elle ornée de couleurs vives ?

Les prieurés de Polignac de Jean-Pierre BERNARD

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Cadastre napoléonien du bourg de Polignac avec emplacement des bâtiments du prieuré.
Détail du cadastre napoléonien du bourg de Polignac avec emplacement des bâtiments du prieuré.

Les vicomtes de Polignac donnent à l’abbaye de Pébrac en 1062 la chapelle Saint-Andéol dans le château, des terres dans le bourg, puis après 1097 la chapelle Saint-Pierre de Bilhac. Une communauté de moines s’installe pour les desservir. Ce bénéfice est rattaché au collège des Jésuites en 1588 non sans résistance des moines et troubles au temps de la Ligue et émeutes liées au paiement de la dîme. Le prieuré et son domaine de La Barbeyre sont vendus comme bien national.  

Description de la chapelle Saint-Pierre de Bilhac de Martin de FRAMOND et Bernard  GALLAND 

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Chapelle Saint-Pierre de Bilhac, détail des vestiges du mur sud.
Chapelle Saint-Pierre de Bilhac, détail des vestiges du mur sud. Cliché B. Galland

Ces ruines présentent des élévations de plusieurs mètres de hauteur et quelques assises des anciennes voûtes avec une structure à nef unique à deux travées, autrefois voûtée d’un berceau en plein cintre, débouchant sur un chœur de plan quadrangulaire. Des arcs intérieurs en plein cintre ornaient les murs gouttereaux. La construction peut être datée de la fin de l’époque romane, XIIe ou début du XIIIe siècle avec quelques blocs gallo-romains remployés.

Chronique des visitandines du Puy (1630-1789) de Marie-Pascale GOUNON

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Tambour d'entrée de l'ancienne chapelle de la Visitation. Musée Crozatier.
Tambour d’entrée de l’ancienne chapelle de la Visitation. Musée Crozatier. Cliché Musée Crozatier.

Cette étude reprend, en les abrégeant, les chroniques rédigées par les religieuses de l’époque dans le style qui leur est propre, dans le cadre clôt de la vie conventuelle. Des annotations situent les personnes citées et les religieuses appartenant à la bourgeoisie ou à la petite noblesse du Velay et du Gévaudan. La fortune de certaines apure les dettes. Des supérieures marquent par leur personnalité une communauté où bien des religieuses meurent très jeunes. L’illustration tente de restituer des éléments du monastère avant la Révolution.  

Charles de La Faige de Ribes, seigneur d’Esplantas de 1718 à 1765 de Georges SERVANT

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. La cheminée attribuée à Joseph Bruno Buffet.
La cheminée attribuée à Joseph Bruno Buffet. Cliché B. Galland.

Charles officier du régiment de Conti bénéficie à ce titre d’une pension viagère de 800 livres. Il se marie avec une Saignard dont il hérite de la baronnie de Queyrières et de Glavenas ; puis avec une Langlade qui lui laisse une fille ; enfin une Fillère dont il eut une fille. Sa correspondance permet de le suivre dans ses projets matrimoniaux et la restauration du château d’Esplantas, d’abord de concert avec ses cousins Langlade à Beauregard. Ses aménagements se retrouvent dans l’édifice  

Quelques aspects des dîmes perçues par les ecclésiastiques de l’église Saint-Martin d’Allègre au XVIIIe siècle de René BORE

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Eglise d'Allègre. Le chevet, seule partie ancienne.
Eglise d’Allègre. Le chevet, seule partie ancienne. Cliché B. Galland.

L’auteur décrit les lieux où sont prélevées les dîmes, certaines appartiennent à des seigneurs laïcs (maison d’Alègre). Les ecclésiastiques comme les fermiers sont identifiés dans leur contexte social. Les actes d’afferme sont analysés, il en ressort des types de culture, des conséquences d’orages et de grêles. Des conflits surgissent avec les assujettis qui sont exposés à un imbroglio de décimateurs. Une cartographie situe les lieux.

Michel et Jeanne Alexandre en Haute-Loire de Bernard LONJON

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Jeanne Alexandre.
Jeanne Alexandre.

Le philosophe Michel Alexandre (1888-1952) est le plus inconditionnel des disciples d’Alain. Il milite alors à la Ligue des Droits de l’Homme et à la S.F.I.O. Son épouse partage ses opinions. Romain Rolland sera leur second mentor dans leur pacifisme exacerbé. En 1916, le jeune couple est muté au Puy, lui comme professeur de philosophie au lycée. Son courrier évoque Charles Gide à Tence et Simone Weil au Puy. Professeur de classes préparatoires à Paris, l’été, il écrit de La Chaise-Dieu.

Le commissariat du Puy pendant la dernière guerre de Gérard BOLLON

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Le siège de la Kommandatur, boulevard Maréchal Fayolle en 1942.
Le Puy-en-Velay. Le siège de la Kommandatur, boulevard Maréchal Fayolle en 1942.

Très tôt le commissariat du Puy noue des liens avec les résistants ponots. Le commissaire Brie les protège et doit répondre à la Milice et aux Allemands. Les opérations de recherche de réfractaires sont toujours négatives, les rafles des Juifs échouent. Le commissaire est même arrêté après l’enlèvement d’un blessé à Émile-Roux. Jusqu’à la Libération du Puy où la police joue un rôle primordial, l’auteur évoque les événements tragiques qui se succèdent.

Le premier témoignage public sur la résistance et l’échec des rafles des Juifs au Chambon-sur-Lignon : le discours d’André Philip à New York le 11 novembre 1942 de François BOULET

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. André Philip.
André Philip.
Ayant vécu en 1940-1942 à la fois à Lyon et au Chambon-sur-Lignon, André Philip donne un récit précis et vécu de la résistance. Il décrit l’échec des rafles de réfugiés allemands dans ce village. Il évoque les maisons d’accueil, le rôle des pasteurs et le nombre de réfugiés.

Maurice Chantelauze, maire de La Chaise-Dieu et préfet de la Résistance de Marie-Claude TANGUY

Cahiers de la Haute-Loire. Année 2011. Le Préfet Maurice Chantelauze à Tulle.
Le Préfet Maurice Chantelauze à Tulle.

Élu maire, Maurice Chantelauze prend dès 1939 des dispositions pour répondre à la guerre, à l’afflux des réfugiés et des Israélites. Dès 1941, il adhère au FN, mouvement de Résistance. La Gestapo cerne en vain sa maison de La Chaise-Dieu. En novembre 1944, il est nommé préfet de la Corrèze jusqu’en octobre 1945. Après la guerre il reste élu de sa commune et du canton jusqu’à son décès. Ce qui lui vaut d’y recevoir le futur pape Jean XXIII et l’ambassadeur des Etats-Unis Dunn.

La réhabilitation de cinq maisons de la rue des Farges au Puy-en-Velay de Claude PERRON

A la fin de l’année 1973 une opération de restauration d’un ensemble de maisons à l’abandon. Cette opération, dans le secteur sauvegardé de la ville de 35 ha, s’inscrit dans un secteur dit opérationnel de moins de 2 ha où les subventions facilitent la restauration. Les plans, coupes, détails, etc. permettent de saisir l’état de ruine et le résultat.

Les 4 derniers ouvrages des Cahiers de la Haute-Loire :

Information complémentaire

Dimensions 240 x 165 mm